Accueil
Contact
Etat civil
Etablissements scolaires
Menus scolaires
Médiathèque
Decheterie
Associations
Evénements
Réservation de salle

Chapelle Saint-Sébastien

Revenir à : Patrimoine

Une construction des années 1598-1608

Cette chapelle isolée occupe un point haut en bordure de l’ancienne route de Langonnet. En façade nord, une inscription renseigne les origines de sa fondation :

CESTE CHAPPELLE FUT TROUVEE LE 22 JOUR DE JUILLET ET COMMANCE LE 21 DE SEPTEMBRE 1598. I POULIQUIN P(OUR) GOUVERNEUR ET RECTEUR

L’initiative et la direction de la construction reviennent donc au recteur de la paroisse, Jean Pouliquin, dont on retrouve le nom inscrit à l’intérieur de l’édifice. Dans le contexte de la fin des guerres de Religions et d’un tragique épisode de peste, la chapelle est à la fois un symbole de renouveau et un hommage à saint Sébastien protecteur contre les épidémies. Les dates de 1600 et 1608 portées sur la charpente correspondent à la phase finale du gros-œuvre.

Le plan en croix latine est terminé par un chevet à abside à trois pans aux pignons aigus. Ce modèle dit « chevet Beaumanoir », apparait au XVe siècle dans la région de Morlaix. Dans chacun des bras du transept la présence d’une porte extérieure et d’un autel correspond à l’usage de chapelle seigneuriale. Le pignon occidental est doté d’un clocher massif accessible par un escalier extérieur.

Voûtes en bois et charpente sculptée

A l’intérieur, la chapelle conserve ses voûtes en bois. Certaines pièces de la charpente – les corniches reposant sur les sablières – présentent un riche décor, sculpté entre 1600 et 1608 par Gabriel Brenier, dont le nom apparaît aux côtés de celui du recteur Jean Pouliquin.
Comme à Saint-Fiacre un siècle plus tôt, l’iconographie reprend des thèmes bibliques, ceux du Roman de Renard et du bestiaire ; y figurent également une représentation du martyre de saint Sébastien et des scènes de fêtes de village : jeu du bâton, danse traditionnelle.
Une poutre de gloire datée 1611 est suspendue dans la partie haute de la nef. Dans la basse nef subsiste une tribune.

La chapelle est classée monument historique par arrêté du 28 décembre 1934. Entre 2003 et 2014 la restauration du clocher, de l’escalier ouest et l’assainissement de l’édifice, sont réalisés avec le soutien de la Direction régionale des affaires culturelles.

Texte Claudie Herbaut – Historienne du patrimoine